TUPERDS TU MEURS « Ah ma Pôv’dame »

Ah!… Ma pov’dame ! Si vous saviez comment nous traite la jeunesse d’aujourd’hui diraient les mamies de ma Gascogne natale à cheval sur leur chaise et philosophant sur le pas de leur porte? Ce magnifique et resplendissant doigt d’honneur pointé vers l’Éternel est celui du jeune acteur Lenny Basset. Ce n’est pourtant pas tellement gentil de forcer son père au suicide et de le faire admettre dans le clan très fermé des quatre condamnés à mort du film « Tu perds, tu meurs ». Son père incarné par le scénariste et comédien Philippe Larney ne voit pourtant d’autres solutions. Lenny Basset a l’habitude de tourner avec l’association Boaz’art puisque c’est lui qui joua dans « j’ai peur l’école » A noter que son père Yann Basset a été chef de plateau dans la même réalisation et on retrouve sa mère Nathalie Testu la pianiste dans « Tu perds, tu meurs » au côté des 4 condamnés. C’est dire si la famille connait le monde du 7ieme art ! A tout cela s’ajoutera la soirée ensoleillée de ce dimanche 6 mai où furent prises les ultimes séquences du film. Allez donc savoir pourquoi le réalisateur Roland Alibert a fait d’une des premières scènes du film, la dernière prise de vue du tournage. Peut-être attendait-il l’effet lumineux et l’attrait printanier de la petite ville médiévale de Rions dont les décors naturels ont servi maintes fois à des réalisations prestigieuses. « Tu perds, tu meurs » vient de se terminer là où il a commencé. Presque 6 mois de tournage et autant pour le montage et la réalisation finale. Mais après tout, le cinéma n’est-il pas un mélange parfait de vérité et de spectacle disait François Truffaut.